Mamans au foyer


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ictère (jaunisse) du bébé allaité

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ictère (jaunisse) du bébé allaité   Mar 20 Jan - 9:14

L'ictère physiologique est fréquent chez le nouveau-né. Une première mise au sein rapide et des tétées fréquentes sont une bonne prévention de l’ictère physiologique : le colostrum a un effet laxatif, ce qui favorise l'élimination de la bilirubine. Un bébé qui ne tète pas bien les premiers jours risque davantage d'avoir une jaunisse. Si les tétées sont trop espacées, la succion du bébé peu efficace, la position inadéquate, si on donne des compléments d'eau sucrée au bébé... l'ictère peut être plus important. Une évaluation de la pratique d'allaitement permettra de remédier rapidement au problème. L'ictère pathologique, qui survient le plus souvent en cas d'incompatibilité sanguine entre le mère et son bébé, peut nécessiter un traitement, par exemple le don de complément (ce peut être du lait maternel éventuellement chauffé ) ou une photothérapie.




-----------------------------------------------------------------------


L'ictère lié à l'allaitement
C'est une façon pour l'enfant de dire : "J'ai faim". Le manque de calories réduit en effet le nombre de selles, ce qui va augmenter la réabsorption au niveau de l'intestin de la bilirubine qui se trouve en quantité importante dans le méconium. Plus l'enfant reçoit vite et souvent du colostrum qui a un effet laxatif, plus il élimine rapidement son méconium, moins la bilirubine a le temps de repartir dans la circulation sanguine. Les études ont montré que le nombre de tétées par 24 h intervient dans la genèse de cet ictère : plus le nouveau-né recevra de tétées, moins le taux de bilirubine sera élevé. Dans une étude (de Carvalho, 1982), les chercheurs ont trouvé que les bébés qui étaient allaités au moins huit fois par 24 h avaient un taux de bilirubine de 30 mg/l de moins que ceux qui étaient allaités moins fréquemment.
Les compléments, qui interfèrent avec l'allaitement, augmentent aussi le taux de bilirubine. Il a été démontré que des biberons d'eau pure ou d'eau glucosée retardent l'élimination du méconium, détournent l'enfant du sein, d'où une moindre stimulation de la montée de lait, un risque de confusion sein/tétine, et donc un nombre plus élevé d'ictères néonataux.
Le Pr Gartner concluait en disant que le nombre de jaunisses et leur importance reflètent la politique d'une maternité en matière d'allaitement.
La meilleure prévention de l'ictère simple passe donc par des tétées précoces et fréquentes. La mère doit être encouragée à laisser le bébé bien boire au premier sein avant de lui offrir le deuxième. En ne limitant pas le temps que le bébé passe à chaque sein, la mère peut être assurée que le bébé recevra le lait gras de fin de tétée dont il a besoin. Ce lait riche en graisses et en calories est plus efficace pour stimuler les mouvements intestinaux, limitant ainsi la réabsorption de la bilirubine du méconium. Pour vérifier que l'enfant boit bien, les mouvements de déglutition sont un bon repère, ainsi que l'observation de l'élimination du méconium.


-----------------------------------------------------------------------






Allaitement et jaunisse (ictère)




Introduction

La jaunisse est causée par l'accumulation dans le sang de la bilirubine, un pigment jaune provenant de la destruction des globules rouges. La destruction des globules rouges est un processus normal, et la bilirubine libérée ne cause habituellement pas d'ictère car le foie la métabolise, et elle est ensuite éliminée dans les selles.

La jaunisse est toutefois fréquente chez le nouveau-né car le foie, qui fabrique les enzymes métabolisant la bilirubine, est relativement immature. De plus, les globules rouges sont plus nombreux chez les nouveau-nés que chez les adultes; à la naissance, ils seront détruits en quantité importante. Si le bébé est prématuré, stressé par une naissance difficile, s'il y a destruction d'un nombre de globules rouges supérieur à la normale (comme cela se produit en cas d'incompatibilité sanguine), ou si sa mère est diabétique, le taux de bilirubine dans le sang sera plus élevé que ce qui est habituellement constaté.



Deux types de jaunisse

Le foie métabolise la bilirubine pour qu'elle puisse être éliminée (la bilirubine ainsi modifiée est appelée conjuguée, directe ou hydrosoluble, les trois termes ayant essentiellement la même signification). Cependant, si le foie fonctionne mal, notamment à cause de certaines infections, ou en cas d'obstruction des canaux biliaires, la bilirubine modifiée peut s'accumuler dans le sang et provoquer une jaunisse. Lorsque cela se produit, la bilirubine conjuguée est éliminée dans les urines qui deviennent foncées. Ces urines brunes sont le signe patent d'une jaunisse qui n'est pas « ordinaire ». La jaunisse dûe à la bilirubine conjuguée est toujours anormale, fréquemment grave, et elle doit faire l'objet d'un examen immédiat et approfondi.Sauf pour de rarissimes cas de maladies métaboliques, l'allaitement peut et doit continuer.

L'accumulation de bilirubine avant sa métabolisation hépatique peut être normale; c'est la jaunisse physiologique (cette bilirubine est appelée non conjuguée, indirecte ou liposoluble). Elle commence autour du 2ème jour, culmine au 3ème ou 4ème jour puis diminue et disparaît. Cependant, il existe certaines conditions qui peuvent aggraver ce type de jaunisse. Étant donné qu’il n’y a aucune association avec l’allaitement, il faut le poursuivre. Si, par exemple, le bébé a une jaunisse grave causée par une destruction trop rapide des globules rouges, ce n'est pas une raison pour interrompre l'allaitement. Il faut le continuer.



La soi-disant jaunisse au lait maternel

Il existe un type de jaunisse appelée « jaunisse au lait maternel ». Personne n'en connaît la cause. Pour poser ce diagnostic, il faut que le bébé soit âgé d'au moins une semaine. Il est intéressant de mentionner que nombre de bébés ayant ce type de jaunisse ont aussi eu une jaunisse physiologique, parfois plus importante que la normale. Le bébé exclusivement allaité devrait avoir une prise de poids satisfaisante, plusieurs selles quotidiennes, des urines claires et abondantes, et être dans l'ensemble en bonne santé (voir article n° 4, Mon bébé prend-il assez de lait?). Dans un tel cas, le bébé peut avoir ce que certaines appellent une jaunisse au lait maternel, bien que des infections urinaires, un dysfonctionnement thyroïdien, ou quelques maladies rares peuvent aussi induire un tableau clinique similaire. La jaunisse au lait maternel est à son maximum entre le 10ème et le 21ème jour, et peut durer deux à trois mois. La jaunisse au lait maternel est normale. Il est rarement nécessaire d'arrêter l'allaitement, même temporairement. Un traitement, comme la photothérapie, ne s’avère nécessaire que très occasionnellement. Rien ne prouve que ce type de jaunisse puisse causer un quelconque problème au bébé. Il ne faut pas interrompre l'allaitement sous prétexte « d'établir un diagnostic ». Si le bébé exclusivement allaité se porte bien, aucune raison, aucune, ne justifie la suspension de l'allaitement ou la supplémentation avec un dispositif d'aide à l'allaitement. L'idée que quelque chose ne va pas chez les bébés souffrant de jaunisse provient du fait que l'on compare les bébés allaités aux bébés nourris au lait industriel, et que ce qui est constaté chez ces derniers est considéré comme la norme à laquelle les bébés allaités doivent se conformer. Cette manière de penser, presque universellement répandue parmi les professionnels de la santé, va à l'encontre de la logique même. Il est vrai que les bébés nourris au lait industriel présentent rarement une jaunisse après la première semaine de vie; lorsque c'est le cas, il y a généralement un problème médical. On s'inquiète donc pour les bébés ayant une jaunisse au lait maternel, et on tient à « faire quelque chose ». Pourtant, selon notre expérience, la plupart des bébés exclusivement allaités qui sont en parfaite santé et dont la prise de poids est bonne présentent encore des signes de jaunisse à cinq ou six semaines post-partum, voire même plus tard. En fait, la question devrait être: « Est-il normal de ne pas constater de jaunisse, et devrait-on s'inquiéter en l’absence de jaunisse? » Ne cessez pas l’allaitement à cause d'une jaunisse « au lait maternel ».



La jaunisse chez le bébé qui ne reçoit pas assez de lait maternel

Des taux de bilirubine supérieurs à la normale ou une jaunisse prolongée peuvent survenir si le bébé ne reçoit pas suffisamment de lait. Une « montée de lait » tardive, des routines hospitalières qui limitent l'allaitement, ou, plus souvent encore, une mauvaise prise du sein par l'enfant, peuvent avoir pour conséquence une absorption insuffisante de lait par le bébé (voir l’article n° 4, Le bébé prend-il assez de lait?). Lorsque le bébé reçoit peu de lait, ses selles deviennent rares et peu abondantes, ce qui provoque la réabsorption dans le sang de la bilirubine présente dans le tube digestif du bébé, étant donné que l’élimination par les selles est limitée. Évidemment, la meilleure façon d'éviter la jaunisse causée par une absorption insuffisante de lait est un bon démarrage de l'allaitement (voir article n° 1, L’allaitement maternel : un bon départ). La solution pour ce type de jaunisse n'est certainement pas de cesser l'allaitement ou encore donner des biberons. Voir le Protocole pour augmenter l’ingestion de lait maternel par le bébé. Si le bébé tète correctement, des tétées plus fréquentes peuvent suffire à faire baisser plus rapidement le taux de bilirubine, quoique, en réalité, il n’est pas nécessaire d’intervenir. Par contre, si le bébé tète mal, une correction de la mise au sein lui permettra de téter plus efficacement et de recevoir davantage de lait. La compression du sein peut aussi être utile pour aider le bébé à obtenir plus de lait (voir l’article n° 15, La compression du sein). Si l'amélioration de la mise au sein et la compression du sein ne règlent pas le problème, il serait approprié d’utiliser un dispositif d'aide à l'allaitement pour la supplémentation (voir l’article n° 5, Utilisation d'un DAL). Voir aussi l’article Protocole pour augmenter l’absorption de lait maternel. Visitez ce site pour des vidéos démontrant la prise du sein, comment reconnaître que le bébé boit au sein, la compression du sein, ainsi que d’autres informations sur l’allaitement.

La photothérapie

La photothérapie augmente les besoins liquidiens du bébé. Si le bébé tète bien, des tétées plus fréquentes suffiront à satisfaire ces besoins accrus. Cependant, s'il semble nécessaire de donner au bébé des liquides supplémentaires, il est préférable d'utiliser un dispositif d'aide à l'allaitement contenant du lait maternel exprimé, du lait exprimé sucré ou de l’eau sucrée, plutôt que de donner des compléments de lait industriel.



Traduction de l’article n°7, « Breastfeeding and jaundice »
Révisé en janvier 2005.
Dr Jack Newman, MD, FRCPC © 2005
Version française, février 2005 par Stéphanie Dupras, IBCLC, RLC

Questions? (416) 813-5757 (option 3) ou Jack Newman ou mon livre Dr. Jack Newman’s Guide to Breastfeeding
Peut être copié et diffusé sans autre autorisation, à condition qu’il ne soit utilisé dans aucun contexte où le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel de l’OMS est violé.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ictère (jaunisse) du bébé allaité   Sam 24 Jan - 5:30

merci pour linfo nenette je remonte le post
Revenir en haut Aller en bas
 
Ictère (jaunisse) du bébé allaité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mamans au foyer :: tout ce que vous devez savoir sur l'allaitement-
Sauter vers: